Pèlerinage à Lourdes, 400ème

A l'écoute de Jésus

lourdes lourdes  

Le pèlerinage diocésain à Lourdes de ce mois de mai 2007, portait le numéro 400 ! À l’approche de la célébration du 150ème  anniversaire des apparitions, ce chiffre exprime la fidélité des pèlerins du Pas-de-Calais à l’égard de Notre-Dame de Lourdes et de Sainte Bernadette. Aucun autre diocèse de France n’atteint probablement ce score ! Cet attachement exprime la place de la piété mariale dans le diocèse. De fait, la Vierge Marie y est invoquée en de nombreux lieux et sous divers vocables.

 

Des esprits chagrins pourraient s’inquiéter de la place qu’occupe la Mère de Dieu dans le cœur des hommes et des femmes de chez nous. Ne risque-t-elle pas d’estomper et de relativiser la parole et la mission de Jésus, Fils de Dieu, Mort et Ressuscité pour notre relèvement ?

 

Une saine dévotion à la Vierge Marie n’éclipse pas le Christ. Elle nous rapproche de Lui et nous permet d’entrer dans son mystère. Dans l’Évangile, Marie reste humble, discrète, cachée, pauvre. Elle demeure ainsi dans notre foi.

 

Elle nous indique un chemin sûr et direct qui nous mène à son Fils. Quelles que soient la délicatesse et la tendresse de notre relation à Marie, elle nous appelle toujours à nous mettre à l’écoute de Jésus et à Le suivre, à nous unir à sa démarche. N’ayons donc pas peur de nous adresser à elle pour aller à Lui. Une maman nous oriente toujours vers l’Essentiel.

 

Je me réjouis donc de ce « succès » constant des pèlerinages diocésains à Lourdes. Ils sont source de grâces et de bienfaits pour les personnes, pour les groupes, les communautés et toute notre Église diocésaine.

 

En cette année de l’appel, nous prions la Vierge Marie de permettre à des jeunes de découvrir avec elle l’immense joie qu’éprouve celui ou celle qui, comme elle, donne tout et se donne sans retour parce que Dieu l’y invite. Notre Dame ne garde pas ce secret et ce bonheur pour elle. Il y a fort à parier qu’elle brûle de le partager avec nos fils et nos filles, nos petits-enfants, nos neveux et nos nièces. Oui, très volontiers et sans arrière-pensée, nous prenons et reprendrons la route de Lourdes !

 

                                                                                  + Jean-Paul JAEGER.

 

 

Fermer