Bravo et Merci !

Lettre N°14 - Eglise d'Arras

jeunes jeunes  C’est une tradition dans notre pays : le temps de l’été prend dans notre calendrier la forme d’une rupture. Nos voisins étrangers ont souvent brocardé la France où tout semble s’arrêter pendant les mois de juillet et août.

 

De fait, nous prononçons ou nous entendons facilement pendant les précieuses semaines une formule du genre : « Nous verrons cette question à la rentrée. » N’a-t-on pas retenu comme une nouveauté politique l’organisation d’une assez longue session extraordinaire du parlement pendant le mois de juillet ?

 

L’opinion et l’usage ne peuvent pas ignorer celles et ceux, beaucoup plus nombreux que nous ne l’imaginons, pour qui la période des vacances ne change rien à la galère des dix autres mois de l’année. Ils n’ont même pas eu, chez nous, la consolation d’un soleil particulièrement avare de ses rayons. Ils ont vérifié, une fois de plus, qu’ils ne sont pas et ne font pas comme les autres.

 

Des jeunes qui savent ne pas pouvoir faire peser sur le budget de leurs seuls parents le poids matériel de leurs études ont travaillé, dans des circonstances parfois difficiles et exigeantes. Le repos et la détente des uns demandent fatalement la mobilisation des autres. Ces derniers ne sont pas tous des professionnels du tourisme !

 

L’Amour de Dieu et l’Evangile ne chôment pas. Certaines activités de la vie de notre Eglise sont fatalement mises en sommeil pendant quelques semaines. D’autres prennent le relais et manifestent que le Seigneur n’abandonne pas ses enfants dans la pleine saison.

 

Autour de leurs prêtres qui rencontrent de réelles difficultés à se faire remplacer, des équipes de fidèles laïcs ont assuré l’animation de l’Eucharistie dominicale, des baptêmes, des mariages, des funérailles. Elles ont partagé les joies et les peines qui ne connaissent pas de trêve !

 

La modification du cadre permet de vivre et de partager la foi autrement. Les mouvements apostoliques et éducatifs de jeunes ont multiplié les propositions dans le diocèse ou à l’extérieur. Comment ne pas saluer les aînés et les adultes qui se sont formés et ont généreusement donné du temps pour leurs cadets ?

 

Dans le même esprit, les Scouts et Guides, stimulés par la célébration de l’anniversaire du centième anniversaire du mouvement ont permis de redécouvrir l’itinéraire humain et spirituel qui plonge ses racines dans le projet tellement lucide et clairvoyant d’un militaire britannique.

 

En différents endroits, notamment sur le littoral, la Pastorale du tourisme, tout en respectant le désir de repos des vacanciers, leur a permis de nourrir l’esprit et le cœur souvent négligés quand, à longueur d’année, il faut faire vite et courir après le temps.

 

Les pèlerinages, processions, neuvaines et bénédictions habituelles ont rassemblé des milliers de fidèles. De façon étonnante, ils ont souvent été favorisés par la complicité très mesurée de la pluie qui a su, aux bons moments, calmer ses ardeurs !

 

Il y a eu ces moments fous qui ont fait triompher l’espérance : la discrète et riche présence de l’Action Catholique de l’Enfance dans des quartiers souvent oubliés, la visite surprenante et si bien préparée de la Vierge Marie en des lieux insolites, à Aire-sur-la-Lys, dans le Boulonnais, l’incontestable succès du spectacle son et lumière qui a fêté, à sa manière, le  vingtième anniversaire de la maison des Tourelles à Condette.

 

Des jeunes ont marché, réfléchi, prié, célébré les sacrements sur les beaux chemins de nos campagnes. A l’écoute de Marie, à Lourdes, à Boulogne, de Saint Benoît-Joseph Labre, à Amettes, ils ont ouvert leur cœur et leurs oreilles à la Parole de Vie que leur adresse Celui fait route avec eux.

 

Comment ne pas souligner le long, patient et humble investissement de tant de bénévoles qui s’efforcent, depuis des années,  d’adoucir la dure condition d’hommes et de femmes qui viennent chercher en Europe les trésors dont ils ont entendu parler et dont, pour des raisons diverses, ils sont privés : la paix, la justice, la solidarité, la culture. Que signifient pour eux les vacances ?

 

Au risque de l’oubli, j’arrête là cette énumération. Elle me permet de dire ma gratitude personnelle et celle de notre Eglise diocésaine aux jeunes et aux adultes qui ont perpétué une tradition, innové, créé, inventé pour que la Bonne Nouvelle soit annoncée et accueillie, même pendant l’été. Ils ont su, malgré la météo, faire briller le soleil !

 

 + Jean-Paul JAEGER

 

Rappel:

la retraite annuelle des prêtres aura lieu du dimanche 25 novembre au vendredi 30 novembre 2007

Fermer