Qu'est-ce que cela veut dire ?

Lettre Mgr Jaeger Eglise d'Arras n° 10-2010

Avant de quitter ses apôtres, Jésus leur avait promis de ne pas les abandonner. L’Evangile selon Saint Matthieu se termine par ces mots : « Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin des temps. » La forme de présence est précisée par le Christ Lui-même en Saint Luc : « Demeurez dans la ville jusqu’à ce que vous soyez, d’en haut, revêtus de puissance. »

 

Ruines du palais romain 1er siècle
Pierre, Paul sont passé par là Césarée, jusqu'aux extrémités de la terre  
Ruines du palais romain 1er siècle Pierre, Paul sont passé par là
Ruines du palais romain 1er siècle Pierre, Paul sont passé par là
Ces ultimes propos figurent autrement et plus longuement dans le long entretien qui, chez Saint Jean, précède immédiatement la passion. L’Evangéliste y développe l’enseignement du Fils qui s’apprête à retourner auprès du Père. C’est là, sans doute, que l’Eglise puise le plus bel enseignement à propos de l’Esprit Saint : « Lorsque viendra le Paraclet que je vous enverrai d’auprès du Père, il rendra lui-même témoignage de moi ; et à votre tour, vous me rendrez témoignage, parce que vous êtes avec moi depuis le commencement. »

 

Le début du livre des Actes des apôtres reprend les propos de Jésus : « Vous allez recevoir une puissance ; vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. »

 

L’événement de la Pentecôte confirme, dans les faits, la Parole du Seigneur. Les apôtres attendaient et, soudain, « Ils furent remplis de l’Esprit Saint et se mirent à parler d’autres langues, comme l’Esprit leur donnait de s’exprimer. » Immédiatement va commencer la prédication du nom de Jésus, de son identité de Fils de Dieu et de sa mission de sauveur par sa mort et sa résurrection. Les premiers signes, ceux que le Christ posait lorsque les disciples le suivaient, vont être donnés. Les prédicateurs et témoins vont se disperser. Les premières communautés vont naître.

 

La promesse de Jésus s’accomplit jusqu’au bout. La Parole est efficace, ses fruits sont manifestes, mais l’échec et la persécution sont également au rendez-vous. Les premiers Chrétiens sont engendrés dans le sang des martyrs. Pourtant des retournements inespérés se produisent. Saul, l’intraitable pourfendeur des nouveaux convertis, est saisi par le Christ. Il est baptisé, devient Paul et part, avec intrépidité et audace, annoncer l’Evangile au-delà des frontières du judaïsme. Etrange projet de Dieu, admirable force de l’esprit de Dieu !

 

C‘est le même Esprit au nom duquel avec ceux du Père et du Fils, l’être humain est baptisé. C’est Lui qui renforce la foi et soutient l’ardeur missionnaire dans le sacrement de confirmation. C’est encore Lui qui est donné à ceux qui deviennent évêques, prêtres et diacres. C’est toujours Lui qui unifie l’Eglise qui est le Corps du Christ. Il travaille, selon des voies que Lui seul connaît, le cœur des hommes.

 

Les pères conciliaires de Vatican II déclarent : « L’Esprit habite dans l’Eglise et dans le cœur des fidèles comme dans un temple, en eux il prie et atteste leur condition de fils de Dieu par adoption. Cette Eglise qu’il introduit dans la vérité tout entière et à laquelle il assure l’unité dans la communion et le service, il l’équipe et la dirige grâce à la diversité des dons hiérarchiques et charismatiques. Il l’orne de ses fruits. »

 

 L’aventure décrite par le livre des Actes des Apôtres est peut-être embellie et amplifiée par les nécessités du récit et de la mémoire. Elle nous parle, cependant, d’un extraordinaire élan donné par l’Esprit Saint lui-même à ceux et à celles qui l’accueillent et se laissent conduire par lui. Il est, pour nous encore, une source de courage, d’espérance et d’inspiration. L’œuvre que le Seigneur a accomplie au début de la prédication évangélique se poursuit. Nous avons beaucoup à apprendre des apôtres et des premiers missionnaires. Ils ne laissent pas des techniques, mais une histoire, une vie dans le Christ qui ne cesse pas d’inviter l’humanité à entrer dans le mystère de sa mort et de sa résurrection.

 

Au moment où l’Eglise dans le diocèse va recevoir un projet global de catéchèse, conforme à l’orientation donnée par les évêques de France en 2005, je souhaite, qu’après avoir médité les Evangiles selon Saint Marc et Saint Luc, les « Maisons d’Evangile » se regroupent, au cours de l’année 2010-2011, autour du livre des Actes des Apôtres. Toute la Parole de Dieu est source de richesse et de vie, mais l’expérience des apôtres nous sera particulièrement utile et précieuse pour nourrir et accompagner la mise en œuvre de notre projet de catéchèse.

 

Bonne route sur le chemin des apôtres. Il est celui du Christ Lui-même !

 

 

 

+ Jean-Paul JAEGER
 

Fermer