Au début de l'été: les nominations

Lettre de Mgr Jaeger

 

10 doyennés et 94 paroisses Le diocèse en dix doyennés  
10 doyennés et 94 paroisses
10 doyennés et 94 paroisses
Dans le dernier et le présent numéro (n° 12 et 13-2010) d’Eglise  d’Arras, les lecteurs ont pu prendre connaissance de quelques changements dans la répartition des prêtres sur l’ensemble du territoire du diocèse. Dans l’administration, il est question de mouvement, à l’intérieur de l’Eglise, on parle davantage de nominations.


La nomination pour un prêtre diocésain ne constitue pas un acte administratif qui répond à un certain nombre de normes techniques. Elle exprime concrètement le service ministériel du Peuple de Dieu et d’une population établis dans une Eglise locale. Un prêtre n’est pas d’abord envoyé à une paroisse, à un mouvement, à un service. Avec son évêque et l’ensemble de ses frères prêtres, il exerce la charge pastorale pour l’ensemble du diocèse. Son affectation particulière est une forme de ce service.


Il est donc normal que, de temps en temps, les prêtres quittent un lieu particulier et reçoivent une nouvelle affectation. Ils manifestent ainsi qu’ils sont à la disposition du Christ Lui-même et que la mission qu’ils remplissent est, en fait, la sienne. Tout remettre et se remettre au Fils de Dieu : Tel est bien l’appel permanent adressé au disciple. La réponse mesure, au moins en partie, la fidélité à Celui qui envoie au devant de Lui.


Je remercie au nom de toute l’Eglise dans le diocèse les prêtres qui vivent peut-être difficilement un départ et un changement. Ils sont hommes et connaissent la joie de l’attachement, la satisfaction du travail accompli. Tout départ est un renoncement. Dans le Christ, il devient grâce.
Ces mutations sont, finalement, peu nombreuses. Il y a, hélas, de moins en moins de prêtres à affecter ! Un clergé à la moyenne d’âge élevée est, très légitimement, moins mobile. Sans contredire ce qui est écrit plus haut, il n’est pas sain et souhaitable pour les personnes, les communautés et les mouvements de trop bouger ! Arrive aussi le moment où le corps ne répond plus à la générosité et à l’enthousiasme. Il est alors nécessaire, voire indispensable, de ralentir puis de cesser les activités.
 

A l’occasion de la nomination des prêtres, je voudrais paradoxalement m’adresser aux fidèles laïcs. Une anecdote fera comprendre mon propos. Une dame m’écrivait, un jour, son désappointement : Monsieur l’abbé X ne venait pas voir sa vieille maman qui, à 75 ans, avait bien besoin de sollicitude et d’un intérêt tout particulier. Il m’a fallu répondre à ma correspondante : « Avez-vous remarqué, Madame, que l’abbé X a 83 ans ! »


Etre prêtre ne dispense pas des atteintes de l’âge, de la santé et de la fatigue. Le stress, le découragement, l’inquiétude, l’usure ne tracent pas de frontières entre les laïcs et ministres ordonnés. Bien sûr, sans aucune ostentation, des prêtres si souvent merveilleux, donnent une image forte et rayonnante d’eux-mêmes, elle n’est pourtant pas inaltérable.


Les récriminations qui remontent à moi sont, il faut le dire, peu nombreuses pour un diocèse qui compte 1 500 000 habitants. Elles s’expriment, parfois, par un refus de contribuer au denier de l’Eglise. Elles reviennent souvent à attendre des prêtres de 2010 qu’ils se comportent et interviennent comme à l’époque où leurs aînés partageaient leur ministère avec plus d’un millier de confrères. Il ne faut pas oublier, non plus, et là, n’est pas la moindre question, que les fidèles ne sont plus maintenant la copie conforme de leurs devanciers qui bénéficiaient du ministère d’un millier de prêtres.


Je réponds, ce jour, à un monsieur qui a assisté, indigné, à une célébration de profession de foi. Non, il n’a pas reconnu la communion solennelle d’antan. Il a mal supporté les remarques du célébrant relativement âgé et surtout agacé. Ce dernier avait vite remarqué que l’assemblée ne manifestait qu’un intérêt tout relatif pour ce qui se passait. Toutes les célébrations ne sont pas sur ce modèle. Cette attitude révèle, cependant, l’une des ambivalences de notre vie actuelle en Eglise. Je ne doute pas de la qualité et de la motivation des adolescents, des accompagnateurs, des célébrants et d’un certain nombre de participants. Je reste très touché lorsque je célèbre des professions de foi. J’y entends parfois des témoignages aussi magnifiques que sincères. Les faits m’obligent, cependant, à constater qu’aux antipodes des intentions de l’Eglise, cette célébration correspond, pour la majorité des communiants, avec une mise en congé, parfois très longue, définitive parfois, à l’égard de l’Eglise ! Ce non-dit n’est pas absent de la manière dont se déroulent les célébrations. Non, nous ne pouvons pas faire comme si nous étions encore en 1960. Surtout, ne regardons pas cette réalité à la seule lumière de la diminution du nombre des prêtres.


Ce même constat s’impose en d’autres circonstances. Le Peuple de Dieu tout entier doit entrer dans un vaste questionnement, une large interrogation sous le regard du Seigneur. Certes, nous sommes saisis par l’urgence. Nous demandons souvent « Qui va faire ? » Nous ne manquons pas d’imagination pour répondre à la question. Il est sans doute plus important encore de nous interroger sur ce que nous sommes appelés à vivre et à réaliser ensemble. Quelques révisions déchirantes s’imposent. Les ministres ordonnés, seuls, ne peuvent pas cette réflexion pour tout le Peuple de Dieu, ils doivent la poursuivre avec lui, faute de quoi, nous risquons de laisser s’installer un paganisme tranquille sur une ancienne « terre de chrétienté », avec toute l’ambigüité que renferment ce terme et la réalité qu’il désigne. Le paganisme est respectable, mais il ne fera jamais de nous des créatures nouvelles en Jésus-Christ mort et ressuscité, heureuses de le savoir, de le dire et de le vivre.


Tout n’est pas à commencer en ce sens ! La journée du 10 octobre 2010 et ses suites nous aideront, certainement à nous laisser rassembler et mobiliser par l’Esprit Saint pour être davantage des disciples et en faire ! En attendant, il n’est pas interdit de prendre un peu de vacances en restant proches et solidaires de celles et ceux qui ne pourront pas goûter ce légitime plaisir !  Excellent été !

+ Jean-Paul JAEGER
 

Fermer