Le miracle de Lourdes

Du 15 au 21 juin, 2800 pèlerins du diocèse d’Arras se sont rendus en pèlerinage à Lourdes. Cette démarche annuelle a ramené dans la cité mariale des personnes malades, des membres de l’hospitalité diocésaine qui assurent avec médecins et infirmières les soins nécessaires, le bien-être, le confort et l’accompagnement. D’autres prendront le même chemin au mois d’août et au mois de septembre.
 
lourdes lourdes  Des jeunes lycéens que les examens privaient de locaux scolaires faisaient partie de l’expédition. Des fidèles adultes viennent ou reviennent plus ou moins fréquemment à Lourdes. Des grands-parents après la première communion ou la profession de foi initient volontiers leurs petits-enfants à une tradition solidement ancrée dans le diocèse d’Arras : le pèlerinage à Lourdes.
Il est difficile de savoir exactement pourquoi, très tôt après la reconnaissance des apparitions à la grotte de Massabielle et l’organisation de pèlerinages, les habitants du Pas-de-Calais, en grand nombre, ont pris la direction de la cité mariale et ont prié avec ferveur Notre Dame de Lourdes. Plus de cent trente reproductions de la grotte de Lourdes sont dispersées sur le territoire du Pas-de-Calais. La plus célèbre et la plus fréquentée est nichée au bord de la forêt de Clairmarais. La fidélité des Artésiens et des Boulonnais ne s’est pas démentie puisque selon les statistiques des sanctuaires de Lourdes, les fidèles d’Arras sont, chaque année, parmi les plus nombreux à se rendre à Lourdes avec leur diocèse.
 
Cette fidélité peut constituer un sujet d’étonnement dans un diocèse qui ne se fait pas particulièrement remarquer par son taux de pratique religieuse. Cet attachement à Lourdes s’explique partiellement par l’histoire de la population du Pas-de-Calais. Des hommes et des femmes ont gardé les cicatrices d’une histoire douloureuse. Les guerres ont façonné les tempéraments. Le rude travail des industries qui se sont implantées à la fin du dix-neuvième siècle, la simplicité des modes de vie d’une région ardente au travail ont créé une sorte de lien naturel avec Bernadette Soubirous, humble et pauvre fille sur laquelle la Vierge Marie a posé son regard parce qu’elle avait le cœur assez pur et simple pour accueillir et remplir la mission que voulait lui confier la Mère du fils de Dieu. 
 
Petites entre les petites, une jeune fille d’humble condition a aujourd’hui un rayonnement mondial parce que ne craignant rien et personne, elle a transmis le message qui depuis un siècle et demi fait accourir des foules venues du monde entier sur les bords du Gave. Rien ne prédestinait Bernadette à sortir de l’anonymat dans lequel plonge toujours la misère et l’ignorance.
 
Les plus petits et les plus faibles de ce monde ne s’y trompent pas : Dieu donne la vraie grandeur : pas celle des milliards de dollars ou d’euros, de la puissance éphémère, du pouvoir corrupteur et arrogant, de l’opinion vorace et injuste. Dieu met en lumière l’humilité, la simplicité, la vérité du cœur. C’est bien là qu’il faut chercher et découvrir le miracle permanent de Lourdes. Tous les pèlerins peuvent en être les bénéficiaires !
 
Les six trains qui ont quitté le Pas-de-Calais en direction des bords du Gave n’emmenaient pas que des fidèles convaincus et assidus. Les faveurs d’un tirage au sort avaient fait gagner le voyage à l’un. L’attrait de la découverte ou du service avaient attiré l’autre. L’esprit de groupe avait motivé le troisième. Pourtant personne ne revient indemne de Lourdes.
 
Comment rester insensible à la foule des visages et des langues divers, au sourire et à la paix de nombreux malades qui sont chez eux à Lourdes ? Pourquoi des hommes et des femmes prennent-ils une semaine de congés payés, paient des frais de séjour pour servir bénévolement leurs frères bien au-delà des trente cinq heures hebdomadaires. La Parole de Dieu devient soudain plus limpide et percutante. Nous n’avons pas fini de nous interroger sur le mystère de Lourdes.
 
Notre diocèse se réjouit d’en garder et vitaliser la tradition. Ne la laissons pas faiblir. Bon pèlerinage ! Bonne route aux jeunes qui participeront aux Journées Mondiales de la Jeunesse à Madrid ! Bon été à tous !
 
+ Jean-Paul JAEGER
Fermer