Visiteur de l'espérance

Lettre de Mgr Jaeger EA 11-2016

VISITEUR DE L’ESPERANCE.

Voir aussi compte rendu 

 

calais Mgr Pontier ciric calais Mgr Pontier ciric  Le 12 mai dernier, Monseigneur Georges PONTIER, Président de la Conférence des Evêques de France, s’est déplacé à Calais. Il était accompagné de trois de ses confrères et de représentants des services de la Conférence. Il souhaitait percevoir sur place la complexité d’une situation qu’il connaissait par médias interposés. Sa qualité d’archevêque de Marseille et son mandat national lui ont permis de rencontrer déjà de nombreux responsables diversement qualifiés et situés pour gérer la délicate réalité des mouvements de personnes à la surface de la terre.

 

Il faut parfois sortir des débats, des communiqués, des articles, des réunions, des analyses, des principes et des théories pour voir des visages, s’arrêter dans un campement de fortune, se laisser accueillir, écouter des cris, dialoguer avec les élus, les membres des associations et de l’administration. Les migrants, les réfugiés ne sont plus alors des problèmes, mais des hommes et des femmes souvent victimes d’une histoire sur laquelle ils n’ont plus aucune prise.

Ce que les uns appellent la lande, les autres la jungle ne constituera jamais un lieu idéal de vie. Toute volonté saine ne peut que souhaiter la disparition d’un tel confluent de la détresse humaine. Il y a plus choquant encore que l’existence de  cantonnements de l’infortune. L’inertie générale face aux causes de ces déplacements ne peut qu’engendrer des souffrances en nombre grandissant.

La tentation du chacun pour soi et du chacun chez soi entretient un moment l’illusion de la sécurité et de la prospérité. Plus le temps passe, plus il sera difficile pour les peuples et les gouvernements de fuir la réalité parce qu’il est trop difficile et exigeant de l’affronter ensemble. L’unité et la solidarité de la famille humaine sont loin d’être acquises. La sauvegarde de la planète, la paix, le développement, le partage des ressources, de l’eau, les échanges commerciaux ne peuvent pas être laissés aux libres initiatives et aux capacités de quelques-uns. Nul ne peut rester étranger à ces chantiers ou en être exclu.

 

Le combat n’est pas perdu. Loin s’en faut ! En faisant halte auprès des frères et secours migrants,  il est étonnant de constater la vitalité, l’esprit d’entreprise, la rage d’avancer et de lutter. Des hommes et des femmes largement démunis savent encore sourire, accueillir, prier. Ils ne baissent pas les bras.

 

Sans nier les difficultés et les ratés d’une présence hors normes, , il est beau de constater qu’il ne manque pas de membres de la famille humaine pour soutenir, aider et encourager ceux de leurs semblables qui souffrent et sont blessés dans leur identité et leur dignité. Les témoignages recueillis constituent un magnifique hommage rendu aux Calaisiens et à tant d’autres anonymes préoccupés, au risque de leur tranquillité, du simple service de la grandeur de l’être humain.

Monseigneur PONTIER n’est pas venu apporter des solutions, juger les politiques, stigmatiser des comportements. Il a désiré écouter battre le cœur d’une partie de l’humanité plongée dans une réelle détresse. Un pasteur ne vient pas distribuer des bons et des mauvais points. Il veut simplement que la conscience commune ne s’assoupisse pas.

 

Les pasteurs annoncent l’Evangile. Il est difficile d’évaluer l’efficacité et la fécondité de leur prédication. Le résultat ne leur appartient pas. Il leur est demandé de semer. La croissance et la récolte leur échappent. La Parole de Dieu travaille le cœur de l’homme. C’est dans ce grand silence qu’elle suscite des choix, des décisions, des conversions.

 

Une visite épiscopale ne résout pas tout. Elle invite à un retour à l’essentiel. Elle met en toile de fond de l’action des hommes le projet de l’Amour infini de Dieu pour chacun de ses enfants. L’Eglise croit que cet Amour se fraie un chemin à travers les doutes, les oppositions, les haines et les guerres. C’est pour cette raison qu’elle parle au risque parfois d’être inaudible et incomprise. L’Eglise sait avec Saint Paul que l’Amour ne passera jamais !

                                                                      

+ Jean-Paul JAEGER

 

Fermer