Proverbes

Quels remèdes peuvent nous aider à rester inébranlables, quoi qu'il arrive ?

PLUSIEURS HIRONDELLES PLUSIEURS HIRONDELLES  Parmi les innombrables proverbes, certains sont idiots, ou mensongers. Ainsi "tel père, tel fils" : qui peut croire qu'automatiquement le fils sera comme son père ? Et pourquoi la destinée de ce pauvre enfant serait-elle ainsi toute tracée ?

D'autres sont très jolis, porteurs d'espoir. J'aime beaucoup "après la pluie, le beau temps". C'est simple, apaisant - même si l'on n'en est pas toujours très sûr.

D'autres sont très étonnants, choquants. "Une hirondelle ne fait pas le printemps".

Je ne sais pas qui a pu inventer ça. Moi je crois que oui, une hirondelle à elle seule peut faire le printemps.

Un beau jour, j'étais en train de me torturer l'esprit au sujet d'une importante décision à prendre. On me proposait un travail de médecin auprès d'adultes polyhandicapés, et je devais pour cela abandonner celui que j'occupais alors - à l'ABEJ, association à Lille qui accueille des personnes sans domicile fixe. Depuis plusieurs jours déjà je pesais le pour et le contre, sans arriver à voir clair. Alors que je ruminais dans mon esprit, un oiseau - peut-être une hirondelle - s'est mis à chanter.

A ce moment précis la clarté s'est installée dans ma tête : il était certain que je ne devais pas quitter l'ABEJ, que c'était là ma place. C'était comme si l'oiseau lui-même m'avait dicté ma conduite.

Lorsque je me remémore cette scène, elle semble se dérouler à nouveau, intacte, précise. Il m'arrive de m'en servir lorsqu'à nouveau quelque chose me tracasse, lorsqu'il faut suivre une route plutôt qu'une autre. C'est comme un rempart contre l'angoisse, contre la tentation de déprimer ou de lâcher prise.

 

Voici un autre proverbe qui me trouble un peu :"Dans le doute abstiens-toi". Moi je dirais plutôt - jesus sur l'eau jesus sur l'eau  dans certaines situations : dans le doute, ne t'abstiens pas. Dans le domaine de la foi, notamment. La foi c'est, évidemment, douter. Par définition. Sinon cela n'aurait aucun sens. Et pourtant si je dis "je suis sûr de croire en Dieu", cela n'a pas de sens non plus. C'est contradictoire. Comment des générations et des générations de gens, de par le monde, ont-elles pu être ainsi fidèles ? (les mots fidélité, confiance, foi, ont la même racine latine : "fides"). Alors même qu'il n'y a rien de sûr, rien de tangible. Comment, encore aujourd'hui, tant de personnes sont pleines de confiance dans ce qui est invisible, caché, mystérieux ?

Ce seul fait devrait nous aider à nous plonger dans l'inconnu.

Dans le doute, ne t'abstiens pas : fonce, tête baissée. Ne perds pas de temps en de pauvres tergiversations. N"attends pas d'avoir des preuves. De toute façon, tu n'en auras jamais, et tu le sais très bien.

Ecoute plutôt l'oiseau :

"L'oiseau du matin chante. Comment sait-il que l'aurore va poindre, alors que le dragon de la nuit enlace encore le ciel de ses replis glacés et noirs ?

(...) Dis-moi, oiseau du matin : le monde ne pouvait te croire lorsque tu t'es écrié : "Il vient, le soleil, et la nuit n'est plus !"

O dormeur, éveille-toi (...) Et chante avec l'oiseau du matin, en joyeuse ferveur"

(Rabindranath Tagore, la Corbeille de Fruits, poème 25)

 

 

Jérôme van Langermeersch

Fermer