Réflexions et pistes d'actions

pour bâtir un projet pastoral sur la base des actes du synode

Avec le synode, on nous demande de réfléchir, de se remettre en cause, de faire vivre l’esprit du synode dans notre paroisse, dans nos villes, nos quartiers … d’aller plus loin !

Il nous demande aussi  et surtout d’agir, de prendre des initiatives .

 

Au cours de l’assemblée du doyenné, nous avons partagé nos idées …

à vous aussi de nous donner les vôtres.

 

Vous pouvez y répondre sur la page facebook

ou par mail : comhenincarvin@orange.fr

 

C’est la base pour bâtir un projet pastoral qui permet la participation de tous !

C’est ensemble que nous pourrons avancer !

 

Nous avons partagé autour des quatre thèmes (voici un premier jet )

MISSION - PROXIMITE-COMMUNION-PARTICIPATION

 

MISSION

 

Comment nous rendre attentifs aux familles et aux personnes

 

  • Oser et aller vers !!!   … pas facile
  • Y aller à plusieurs …
  • Un simple bonjour, un sourire
  • Agir avec délicatesse
  • A la sortie de l’école, dire un bonjour : on voit l’étonnement de certaines personnes, des sourires aussi, qui nous incite à persister.
  • Dans nos quartiers, on voit moins de monde dans les rues, ce qui complique les choses
  • Chercher les occasions de rencontres entre voisins (nouvel an …)
  • Créer du contact, des liens, des rencontres par l’intermédiaire des associations
  • Aller vers ceux qui présentent un handicap
  • Visiter les malades

 

Comment nous témoignons dans nos familles, avec nos amis, au travail, dans notre quartier de ce que nous croyons, de ce qui nous fait vivre

 

  • Aller à la messe : c’est un témoignage.
  • Etre présent lors d’événements (baptême, mariage, deuil …)
  • Inviter (petite enfance, maison d’évangile …) et accompagner
  • Accepter , respecter les refus
  • Vivre sa foi par les actes

 

Déjà dans nos paroisses, nous vivons des temps forts. Que souhaiterions-nous d’autres ?

 

  • Ne pas abandonner l’idée de parole en fête
  • Importance d’événements intergénérationnels
  • Sorties de parents et enfants
  • Repas convivial
  • Faire participer

 

PROXIMITE

 

Avec tout être humain croyant ou non

Le pape François nous donne des textes chaque jour. Il bouscule.

 

Me faire proche au quotidien, c’est difficile !

 

S’ouvrir à tous n’est pas toujours facile !

Nous disons souvent que nous n’avons plus le temps de rien

Le voisinage est « renfermé » même si beaucoup savent ce que l’on fait , et viennent vers nous quand ils ont besoin d’un coup de main.

Mais tous ne veulent pas être avec nous.

Mais comment aborder « partout » même si nous avons le dynamisme pour.

 

Comment sommes-nous attentifs  à ceux et celles qui nous entourent, savons-nous prendre du temps pour les autres

Etre sincère en famille, sourire, dire bonjour, laisser passer quelqu’un dans une file d’attente, une personne qui partageait sa récolte de fruits et légumes n’a aujourd’hui aucun problème pour être transporté en voiture. Au SOS, café solidaire, groupe convivial.

Plusieurs associations se sont mobilisées pour une cagnotte qui a permis d’envoyer un malade se soigner aux Etats unis. créer des liens.

Des échanges avec des musulmanes : oser aller vers,…

Partages tous les deux mois entre chrétiens et musulmans pour découvrir nos religions respectives, apprendre à se connaitre.

Savoir se poser, écouter.

Il y a des écoles catholiques sans catéchisme

Des grands parents sollicités par des parents à l’école de des petits-enfants pour encadrer un groupe catéchisme : Ils ont démarré à 77 ans !

 

Proximité entre les églises de notre paroisse, entre les paroisses.

Proximité avec les jeunes : eux ils avancent ! et beaucoup ont le sens de la solidarité.

Se faire proche dans l’accueil , avec les personnes qui désirent baptiser leur enfant , avec ceux qui ont perdu un être cher …

 

-Sommes-nous prêts à proposer des choses  à ceux que nous connaissons bien  « tu pourrais faire telle ou telle chose « 

 

Faire du tuilage dans une équipe baptême ( assurer la relève).

Inviter en passant dans toutes les maisons pour se réunir (auberge espagnole)

Marché de Noël (paroisse et municipalité), esprit de Noël : sapin, crèches, étoiles…à la suite création d’un atelier avec les enfants de familles démunies.

Repérer autour de soi les charismes de chacun.

Tenter d’attirer les jeunes avec des spectacles musicaux à tendance chrétienne ( groupe de rock qui parle d’Evangile…)

Porter une croix ou une médaille.

 

Comment dans nos rencontres de chrétiens, nous pouvons être plus proches les uns des autres

 

Essayer de donner une image de l’Eglise qui a bien évolué à ceux qui s’en étaient éloignés pour diverses raisons : soigner accueil, liturgies lors des funérailles, mariages, baptêmes.

Se retrouver à certains moments dans un groupe où on se sent proche les uns des autres.( pas forcément dans sa paroisse).

 

COMMUNION

 

LE VIVRE ENSEMBLE

Une démarche d’Amour

Que chacun soit reconnu , écouté

 

Dans un monde où l’on pourrait dire que le chacun pour soi, l’individualisme deviennent une priorité de vie, donnons quelques exemples où l’esprit d’entraide et  de communion l’emportent.

 

 - Une équipe d’ACI (action catholique des milieux indépendants )rencontre des femmes d'origine maghrébines pour, dans la réciprocité,  se parler et découvrir une autre culture ; lors de ces rencontres on passe un jour de l’agréable à l’utile : exemple , chercher une solution à un problème de santé, d’où une mise en relation avec une autre association.

Connaître la culture de l’autre, cerner un problème, essayer de trouver des réponses, passer le témoin à d’autres c'est-à-dire,

NE PAS AGIR SEUL.

- Une équipe « enfance et vie » collecte des vêtements pour les familles du secteur ; survient une demande particulière pour les migrants : on y répond, c’est-à-dire :

SAVOIR REPONDRE A UNE SOLLICITATION, SANS EXCLURE.

- Une personne faisant partie d’une communauté religieuse prend contact avec les personnes de son quartier, et aussi ceux qui fréquentent occasionnellement l’église, c’est-à-dire : PRENDRE LE TEMPS DE PARLER, ECHANGER, CREER LA RELATION, S’INSCRIRE DANS LE TISSU SOCIAL.

- Créer un évènement pour faire rentrer les gens dans l’église( journée du patrimoine, réalisation d’une crèche), c’est-à-dire : SE FAIRE CONNAITRE.

 

le vivre ensemble chez nos enfants, chez les jeunes est-il suffisamment développé ?

 

- La fête des voisins constitue une excellente occasion de tisser des liens dans le quartier. On se rend compte que les jeunes se rendent facilement service. Ils éprouvent la joie d’être ensemble, ils invitent, ils font connaissance, ils partagent.

Les jeunes aiment vivre des temps forts. Ils ont d’autres repères qu’il faut identifier pour partager ensemble, c’est-à-dire :

SE METTRE AU GOUT DU JOUR, PROFITER DES OPPORTUNITES DU CALENDRIER, ETRE FESTIF.

 

LES CELEBRATIONS

 

Comment  redonner  à l’eucharistie toute sa place et  toute sa dimension  particulièrement dans les célébrations dominicales ?

 

Avant de parler de communion eucharistique qui est certes un temps fort pour un chrétien, il faut d’abord solutionner les problèmes, c’est-à-dire :

- METTRE EN RELATION PLUSIEURS CLOCHERS SANS QU’AUCUN D’ENTRE-EUX NE PRENNE LE LEADERSHIP.

-   SAVOIR CE QUE L’ON MET SOUS LE MOT ACCUEIL :

  • Qui accueille ? Et comment ?

Comment rendre accessible les textes bibliques à tous ?

Importance de l'homélie .

Comment formuler les prières universelles en lien avec l’actualité et les préoccupations des fidèles ?

Comment faire pour qu’il y ait une réelle adhésion à « parole en fête » plébiscitée par certains paroissiens et boudée par d’autres ?

Une amorce de réponses :

- FAIRE ENTRER LA VIE DES GENS DANS LA CELEBRATION EUCHARISTIQUE.

- OSER PRENDRE PLACE DANS LES MOUVEMENTS QUI EXISTENT AUTOUR DE SOI.

   

  • On constate que peu d’enfants viennent à la messe : comment les faire venir ?
  • Parole en fête est vraiment une occasion de faire participer les familles
  • Mais cela demande un véritable échange au préalable avec les parents. (et peut-être aussi les paroissiens qui boudent Parole en fête …) c’est primordial

 

ECOUTER ET ECHANGER

 

En allant vers , en allant à leur rencontre…si les gens sont écoutés on peut connaître leur besoin ; leur souhait .

se préoccuper de l'autre.

 

Priez pour eux ... çà marche aussi !

 

On constate que les temps forts, ponctuels, ça marche mieux.

Nous devons accepter, dans ce monde qui a changé que certains veulent bien participer, s’engager, mais de façon ponctuel ...

Donner un véritable sens à ce ponctuel, lui donner une valeur …

 

Faire participer aux grands moments liturgiques … mais pas seulement : faire apprécier aussi les temps ordinaires : les Eucharisties devraient être des temps forts

Faire participer, rendre acteur aux messes quand les enfants , les parents sont présents .

Messe avec les familles une fois par mois , y associer les parents.

- Demander à des personnes différentes et nouvelles  pour lire la Parole de Dieu.

- Si les gens vivent des choses , sont acteurs , ils ont envie de revenir

N’oublions pas non plus d’accueillir les personnes de passage.

 

Cela demande une préparation : il faut soigner l’eucharistie , mais aussi toute autre célébration (assemblée de prières ...)

 

Revenir aussi aux signes gestuels , s'exprimer avec son corps , exprimer ainsi sa foi : les bras ouverts vers Dieu pour entendre la bonne nouvelle de Jésus Christ.

 

Pour bien préparer : une équipe soudée, mais ouverte, capable de déléguer: ne pas penser que notre fonction nous appartient .Il est essentiel de transmettre pour que cela puisse continuer.

Ne plus penser qu’on est le seul à bien faire. Accepter que les choses puissent être faites d’une autre façon. Cela demande de se faire confiance mutuellement.

 

PARTICIPATION

 

APPELER ET DÉLÉGUER

 

Nous participons à diverses activités (solidarité, culturelle, sportive, musicale) Lesquelles ?

 

- J’écoute KTO, RCF, lit les pages du diocèse, je regarde la télé du Vatican et je vais à la messe tous les dimanches. Je m’occupe de mes petits enfants.

je me déplace dans des magasins et des lieux où il y a des activités chrétiennes.

 

- En tant que religieuse à Billy Montigny, je suis loin de tout.

Prière et vie communautaire, je participe au club du sourire (club du 3ème âge municipal) : belote, repas etc.

 

- En tant que fonctionnaire, je suis attaché au service public (gestion du milieu naturel dans le département du Nord), je fais de la pédagogie à l’environnement, j’essaie d’être proche des pauvres et des petits. Je suis dans le milieu de l’insertion sociale. Je reviens à Hénin Beaumont pour m’occuper de maman.

 

- Je suis dans plusieurs associations : association de chômeurs, président d’une association de handicapés mentaux à Quiery La Motte (accueil en gîte rural : nature, animaux), membre de l’EAP, je fais du maraîchage biologique, fait partie de l’équipe de restauration de l’église St Martin…

 

- Ancienne assistance sociale, je donne beaucoup à la paroisse : gestion des mariages, accueil, lien entre les différents clochers, secours catholique de Carvin.

 

- Kiné à la retraite, je fais de l’ACI depuis 30 ans, je m’occupe du vestiaire de « Enfance et Vie », je m’occupe aussi du club féminin de 60 à 90 ans, du secours catholique et je suis membre du MCR.

 

- Enseignante à Carvin, j’étais engagée en politique à Hénin avant le changement de municipalité. Je fais de la catéchèse et de l’ACI.

Je m’occupe aussi de mes petits enfants (dont un dyslexique).

 

- Je m’occupe des baptêmes, de l’entretien de l’église et des fleurs. J’accompagne des personnes âgées à Lourdes ainsi que de personnes âgées de mon quartier.

Je suis disponible pour l’Église.

 

- Nous sommes engagés dans l’Église en couple : préparation au mariage + parole en Fête + formation au diaconat permanent + Maison d’Évangile. Séparément, je suis diacre.

 

- Moi je suis déléguée pour la Pastorale de la Santé.

 

Comment nous essayons de créer des liens de fraternité ?

 

 

- Spectacle : La nuit des églises (1er samedi de juillet) à Carvin avec des acteurs, d'idées et de religions différentes,

 

- Rencontre conviviale et joyeuse pour l’activité du caté,

 

- Lien avec d’autres personnes au niveau de la permanence,

 

- Essayer de faire du lien entre les clochers,

 

- Il faut aller à la rencontre des gens et les aider à traiter leurs problèmes concrets dans la société (chômage, pauvreté),

 

- Aider, éduquer et écouter,

 

- Être attentif à ce qui se passe dans son quartier,

 

- Importance de créer du lien humain,

 

- Créer des liens, des activités qui brassent des religions différentes,

 

- Oser être soi et oser solliciter (tu ne pourrais pas…),

 

 

 

Dans la mesure de notre temps libre, serions-nous prêts à être acteurs sans l’Église ?

 

 

- Nous sommes tous déjà bien engagés !!

 

- Je souhaite m’engager dans la paroisse au niveau de l’environnement.

 

 

 

 

 

 

 

 

Fermer
Fiscalité et générosité
Comment je peux soutenir la mission de l'Église en réduisant mes impôts.
En savoir plus
sur les dons IR et ISF