Témoignage

Maurice Macquart de Courcelles

 

Maurice devant presbytere Maurice devant presbytere  « La forme est là…tout va bien…. La vie est belle….

Et un jour, tout bascule. Le médecin m’annonce qu’une maladie grave me tombe dessus …

Et me voilà confronté aux visites médicales, à la prise des médicaments, à l’incapacité de faire tout ce que je faisais si facilement. Peu à peu, je sens que mon corps me pose problème.

Que faire ? Désespérer ? Non …il faut assumer. Il faut prendre conscience que tout n’est pas perdu. Je deviens sensible à tous les gestes d’amitié, à toutes les gentillesses, à toutes les attentions.

Dans les rencontres avec le milieu médical, je suis heureux de rencontrer des personnes attentives, fraternelles.

Tout ce que je vis me fait prendre conscience de l’importance du service fraternel, de l’attention envers ceux qui souffrent. Je sens aussi que ma vie a ses limites. Mais je prends conscience que tous les gestes d’amitié sont le signe que ma vie est sur la route d’un amour définitif, et que l’Évangile prend tout son sens.

La parole du Christ n’est pas vaine : « Je suis venu pour que tous les hommes aient la vie, et qu’ils l’aient en abondance ».

Maurice Macquart. Courcelles, le 23 mars 2021


 

Article publié par Chantal Erouart - • Publié • 185 visites