Richesses et misères

LE MONDE ABSURDE DES TRES RICHES

 

 

Dans le Monde Diplomatique de novembre 1998 on pouvait lire :

« Les 3 personnes les plus riches du monde ont une fortune cumulée supérieure à la somme des PIB des 48 pays les plus pauvres (…) [Et pourtant], selon les Nations Unies, il suffirait de prélever moins de 4% de la richesse cumulée des 225 plus grosses fortunes du monde pour donner à toute la population du globe l'accès aux besoins de base : nourriture, eau potable, éducation, santé.»

Certes la population mondiale a considérablement augmenté depuis, mais le niveau de vie global aussi … comme les richesses accaparées par les plus fortunés (on dit maintenant que les 1 % les plus riches le sont autant que les 99% autres...)

Cette estimation doit donc être peu ou prou encore d'actualité, voire pire...

 

Considérons seulement ceux qui possèdent plusieurs dizaines de milliards de dollars (combien de milliards de gens vivent avec moins de un dollar par jour ?)

Supposons que chacun d'eux ne garde pour lui qu'un seul milliard, et fasse don du reste : ils continueraient à vivre largement dans le luxe et la volupté – c'est ça le pire – et ils seraient des bienfaiteurs de l'humanité, et non plus des prédateurs, responsables de la grande pauvreté à travers le monde.

Tout le monde y gagnerait.

 

Chacun de ces très opulents pourrait commencer par donner largement aux organismes qui sont directement en contact avec ceux qui souffrent – les Restos du Coeur, le Secours Catholique et plus largement Caritas International, Action contre la Faim, … tant d'autres qui se tuent au quotidien pour venir en aide aux plus désespérés.

Ces associations n'auraient plus à quémander à longueur d'année auprès d'un public anonyme, et pour ceux qui étalent leur fortune au grand jour, ce serait totalement insignifiant...

Lorsque je me sens par elles harcelé (pour la bonne cause), je leur réponds parfois : « pourquoi n'allez-vous pas importuner les très riches (pour la bonne cause), les Bernard Arnault, Carlos Ghosn, et autres... ? Ils pourraient donner par exemple 500 000 euros (par mois bien sûr) , ils ne s'en rendraient même pas compte, et vous feriez tant de belles choses avec ça ! »

 

Je quête chaque année à domicile, depuis 12 ans, pour le Secours Catholique. Je supporte de moins en moins l'agressivité des gens, et surtout j'ai très peur de leurs chiens... Nous gagnerions tous un temps fou si ma proposition tenait, et ce serait tellement plus efficace.

 

Ils devraient aussi soutenir les associations comme le CCFD, qui œuvre notamment pour aider les paysans au bord du suicide à conserver leurs terres, au lieu de devenir mendiants dans les slums du monde, ou de tenter de migrer vers les pays riches.

 

Je pense aussi naturellement à tout ce que coûte la protection de l'environnement, en premier lieu dans les pays les plus pauvres.

 

Un des scandales de notre temps est que de nombreuses personnes dans le monde n'ont pas accès à l'eau potable. Ce sont les femmes, et surtout les filles, qui sont les premières victimes. Ce sont elles qui vont chercher l'eau, souvent très loin. Cela aggrave l'absentéisme scolaire. Le manque de toilettes dans les écoles est une atteinte à leur dignité et leur sécurité – tant de choses auxquelles on ne pense pas dans nos pays favorisés.

 

Une action globale avec l'aide des déca-milliardaires permettrait de résoudre très facilement ce problème majeur – les Nations Unies sont à l'oeuvre depuis longtemps pour faire appel aux donateurs, c'est loin d'être encore suffisant.

Et nos braves nantis agiraient aussi en faveur de la paix dans le monde – beaucoup de conflits ont pour origine l'accès à l'eau et aux terres cultivables...

 

Bien entendu ce ne sont que des exemples parmi bien d'autres, qui montrent que notre pauvre monde marche sur la tête – ce n'est pas une nouveauté.

 

Jérôme van Langermeersch, le 24/03/2018.

 

 

 

Fermer