Desiderata

« Rappelle-toi toujours qu'un jour tu as été bon,courageux »

« Va paisiblemejoie de vivre c. barres joie de vivre c. barres  nt à travers le bruit et la hâte et souviens-toi que le silence est paix »

Go placidly amid the noise and haste, and remember what peace there may be in silence.

Ainsi commence le fameux DESIDERATA, poème écrit par Max Ehrmann en 1927. On a longtemps voulu croire, car c'était plus charmant, que ce texte avait été trouvé par hasard dans une vieille église de Baltimore (Maryland) aux Etats-Unis, et écrit en 1692. Quand j'ai appris la vérité je me suis senti trahi.

 

« Ne te compare pas aux autres par crainte de devenir vain ou amer, car toujours tu trouveras meilleur ou pire que toi.

Jouis de tes succès mais aussi de tes plans

Enjoy your achievements as well as your plans ».

C'est très bien, ça. Très rassurant. Cette phrase me revient très souvent - j'ai découvert le Desiderata chez Jean Vanier, en 1973.

Il m'arrive souvent d'avoir un projet - de réconciliation, par exemple. Une personne m'a trahi, j'ai été jeté à terre. J'ai voulu me défendre, prouver ma bonne foi. Ça n'a pas marché. J'ai voulu aussi me venger de cette personne, la haïr. Puis j'ai tenté d'oublier. De lui pardonner. J'ai longtemps essayé, et ça n'a pas fonctionné. Je la hais toujours. Je ne lui pardonne pas. Et pourtant - c'est bizarre - je garde au fond de moi cette idée que j'ai essayé de lui pardonner. Cela m'encourage presque autant que si j'avais vraiment réussi.la joie de vivre Matisse la joie de vivre Matisse  

Jouis de tes succès mais aussi de tes plans. Ils sont là aussi, ils ont existé. Rappelle-toi toujours qu'un jour tu as été bon, courageux. Meilleur qu'aujourd'hui. C'est bien d'oublier ce qui est passé, ce qui est mort. Comme c'est bon, aussi, de se rappeler les moments de paix, de silence en toi, lorsque tu as fait taire tes craintes et tes volontés de nuire. Un jour tu as été bon, joyeux. Même si ce temps est révolu, tu es capable de te le rappeler. Alors, de le faire revivre.

« Do not distress yourself with imaginings. Many fears are born of fatigue and loneliness.

« Beyond a wholesome discipline, be gentle with yourself »

« Ne succombe pas aux craintes chimériques qu'engendrent souvent fatigue et solitude.

Au-delà d'une sage discipline, sois bon avec toi-même ».

Cette phrase aussi m'accompagne souvent. Lorsque se profilent le désespoir, la déception. Lorsque je suis tenté de garder en moi, comme un poison qu'on a avalé, l'amertume du regret. J'ai mal parlé, mal agi. Je n'aurais pas dû dire ceci ou cela. Là j'aurais dû me taire. Non, plutôt répliquer...

Attends. Ne te laisse pas aller à d'inutiles tourments. C'est peut-être tout simplement que tu es trop fatigué. Sois bon avec toi même. Tu sais - oui, tu sais - être ton propre consolateur. Surtout si tu n'as pas d'autre choix que faire appel à toi même. Personne ne viendra t'aider, car c'est toi qui te fais du mal. Il n'y a que toi qui peux te venir en aide.

Au fond il nous est demandé là d'être reconnaissant envers soi-même. Reconnaître, c'est se plier, admettre l'évidence de l'échec. Et c'est aussi le contraire : être reconnaissant, c'est remercier, rendre grâces.

 

Be gentle with yourself. You are a child of the universe, no less than the trees and the stars. You have a right to be here.Tu es bien fils de l'univers, tout comme les arbres et les étoiles. Tu y as ta place.

(...) With all its shame, drudgery,  and broken dreams, it is still a beautiful world.

Malgré les vilénies, les labeurs et les rêves déçus, la vie a encore sa beauté.

 

En fait, il faut une bonne dose de courage, ou d'inconscience, pour croire cela. Que la vie a encore sa beauté. Mais ce n'est pas contradictoire.

Courage et inconscience peuvent très bien cohabiter.

que du bonheur que du bonheur  Et le poème se termine par une autre apparente bizarrerie :

Strive to be happy

Efforce-toi d'être heureux.

 

C'est vrai qu'il faut en faire des efforts, pour être heureux.

Alors allons-y. Essayons quand même.

Après tout, nous n'avons qu'à y gagner.

 

 

Jérôme van Langermeersch

Fermer