A L'ECOLE SACRE COEUR - SAINTE THERESE: CELEBRATIONS DE NOEL

IMG_3344 IMG_3344  

 Dans l’effervescence des préparatifs de Noël, quoi de mieux que de prendre un temps de pause pour revenir à l’essentiel ? Noël n’est-ce pas la naissance de Jésus ? Et rituellement, Vincent Fourmy, directeur de l’école Sacré Cœur – Sainte Thérèse tient à ce que ses enseignants et ses élèves puissent célébrer Noël, un peu avant l’heure certes, mais de façon à ce que chacun puisse se préparer à accueillir l’enfant Jésus.

 

Ce sont donc cinq célébrations, une par niveau de classe, qui ont eu lieu à l’église Sainte-Barbe de Lens, petite église de quartier, non loin de l’école. Et c’est l’abbé Jean-Marie Rauwel, arrivé sur la paroisse depuis septembre, qui a accueilli les enfants et qui leur a permis de vivre un moment de partage et de recueillement. Les enseignantes avaient préparé un déroulement où chaque enfant pouvait s’exprimer, soit par le chant, soit par une prière ou par un petit mot griffonné sur l’affiche confectionnée en classe. Une façon de redonner tout son sens à la belle fête de Noël, synonyme de joie, de partage et d’espoir.

 

Reste que les touts petits ne sont pas oubliés. Mais difficile de faire déplacer des enfants de maternelle jusqu’à l’église. C’est donc dans la salle de motricité, décorée pour l’occasion, autour de la crèche que les bambins ont fêté l’enfant Jésus. Nul doute que dans le cœur de chacun, ces célébrations ont apporté la paix et la joie. Oubliés pour un temps les cadeaux, ils étaient juste là pour se préparer à accueillir le fils de Dieu.

 

APSA Lens APSA Lens  

Mais Noël dans cet établissement, c’est aussi penser aux autres. Une collecte de vêtements, couvertures et jouets est faite et, cette année encore, la récolte fut abondante pour le plus grand plaisir de l’Association caritative de la Communauté d’Agglomération de Lens-Liévin qui pourra, entre autres, jouer le Père Noël au centre d’accueil pour demandeurs d’asile.

 

Je sais à quel point Vincent Fourmy tient à ces célébrations de Noël et à cette collecte. Et ce ne sont pas les difficultés pour orchestrer tous ces déplacements jusqu’à l’église, ni même les impératifs du calendrier, de l’école et du prêtre dont la charge de travail en ce temps de l’Avent est importante, qui le freineront. Un grand merci à lui, à l’abbé Jean-Marie Rauwel, ainsi qu’aux enseignantes sans qui rien ne serait possible.

 

Renée LACROIX-LHERBIER

Article publié par Renée Lacroix - Saint Jean XXIII d'Avion • Publié • 175 visites

Fermer